Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi je voterai Mélenchon dimanche

Publié le par leïla shahshahani

Certains autour de moi hésitent à voter Jean-Luc Mélenchon à cause de sa personnalité, de ses accès de colère quand on lui pose telle ou telle question (il s’est d’ailleurs bien rangé ces derniers temps), etc. Ou à cause de la virulence de certains commentaires d’ « Insoumis » contre les attaques, particulièrement virulentes, des ces derniers jours à l’égard de JLM.

Je préfère aujourd’hui regarder le fond avant la forme. Les enjeux de société qui se jouent à travers ces élections sont considérables, notre avenir en dépend il me semble. Certains font peut-être preuve de plus de retenue que d’autres, mais leur projet de société n’en est pas pour le moins intrinsèquement violent. Poursuivre dans la voie libérale, voilà ce qui à mon sens incarne la vraie violence : l’augmentation de la pauvreté et des inégalités qui ouvrent grand la porte aux discours xénophobes, le saccage des ressources naturelles qui compromet l'humanité, l’impérialisme des grandes puissances qui bombardent où bon leur semble selon une morale à géométrie variable créant le chaos, lui-même terreau des terroristes. Sans parler de l’insupportable alignement des grands médias qui ne voient la violence que là où leurs privilèges semblent menacés.

Voilà pourquoi par exemple, entendre répéter en boucle que le Front National et la France Insoumise partagent des « valeurs » communes me met hors de moi tant s’affrontent là deux projets de société diamétralement opposés. Interdire la critique de l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui, ou l’interventionnisme des grandes puissances à l’étranger, sous prétexte de rejoindre les thèses du Front National, voilà un amalgame des plus dangereux qui me révolte profondément. Je suis absolument non-violente. On parle toujours des « extrêmes ». Je ne vois pas d’ « extrême » à gauche, y compris au NPA ou à Lutte ouvrière. Demander une société plus juste n’a rien d’extrême. Au fil du temps, la gauche officielle sous le drapeau du PS s’est déportée de plus en plus vers la droite et ne supporte pas l’idée que des idées sociales persistent et préfère les désigner comme « extrêmes ». Cela ne vous a-t-il pas choqué que François Hollande sorte de sa léthargie juste pour matraquer Mélenchon quand il a commencé à taquiner le trio de tête dans les sondages ? Mélenchon est donc devenu l’homme à abattre avant Le Pen et Fillon ? Il faut dire que son quinquennat nous a poussé dans les bras du Front National.

A l’approche des élections, avec une surenchère sécuritaire mortifère depuis hier, ne nous trompons pas de violence. Que des personnes soient aujourd’hui excédées et s’emportent dans leurs commentaires, au vu des enjeux, ne m’étonne pas même si je le regrette. Mais n’oublions pas que ces personnes souhaitent voire aboutir un nouveau projet de société par les urnes. Si nous poursuivons dans la voie actuelle de politique libérale du chacun pour soi contre les peuples, nous ne ferons qu’ajouter de la violence à celle qui agite déjà notre société en désignant des cibles toutes trouvées, chômeurs, migrants, Musulmans etc.

Je ne suis pas raccord sur tout avec Jean-Luc Mélenchon et ne peux pas non plus savoir si, une fois élu, il aurait à cœur d’appliquer son programme ou si tout simplement il parviendrait à l’appliquer, mais les alternatives me semblent trop dangereuses pour ne pas y croire. Et pour finir, si JLM n'avait pas son "caractère", on dirait sans doute de lui qu'il manque de charisme pour être président, qu'il n'a pas la "carrure" nécessaire, une rengaine si souvent entendue. Je préfère un homme de caractère qui délivre un message de paix qu'un homme "consensuel" mais va-t-en-guerre pour se donner une contenance.

Commenter cet article